0019b91eca571717f9fc0a Image via french.china.org

Pour la première fois, les négociations entre gouvernements chinois et français ont porté leurs fruits et les reliques culturelles vont revenir avec succès en Chine. Elles ont été rendues par les collectionneurs privés François Pinault et Christian Deydier.

Lors d'une cérémonie organisée lundi matin, Li Xiaojie, directeur de l'Administration d'Etat du patrimoine culturel, a remis un ornement en or à Liu Weiping, gouverneur de la province du Gansu afin de marquer le retour des objets sur leur territoire.

Image via french.china.org Image via french.china.org

Ces 32 objets en or viennent des tombes de Dabuzishan, dans le district de Lixian de la province du Gansu, et datent de l'époque des Printemps et Automne (770 - 476 av. J.-C.). Ces tombes ont été pillées dans les années 1990, et un grand nombre de reliques, dont ces ornements en or, ont été envoyées en contrebande à l'étranger.

Image via french.china.org Image via french.china.org

Les chinois, très actifs sur le second marché, tentent depuis plusieurs décennies de rapatrier des oeuvres d'art qu'ils considèrent comme un héritge de leur pays et de leur culture. Contrairement à la France, qui voit petit à petit s'échapper ses chefs d'oeuvre à l'étranger- en Chine justement, en Russie ou encore aux Etats-Unis. Heureusement, pour certaines cas particuliers, la France a su réagir, comme lorsque Fleur Pellerin, la ministre de la Culture, a empêché l'extradition de trois oeuvres en juin dernier.

Une exposition publique de ces reliques s'est ouverte lundi et durera jusqu'au 31 octobre. Après cela, elles seront exposées en permanence au Musée provincial du Gansu.

Commentaires