Amadeo de Souza de Cardoso (1887–1918) Crédit photo: Biblioteca de Arte, Fundação Calouste Gulbenkian. Amadeo de Souza de Cardoso (1887–1918)
Crédit photo: Biblioteca de Arte, Fundação Calouste Gulbenkian.

Ce sera l'exposition la plus importante de l'œuvre de l'artiste n'ayant jamais eu lieu en dehors du Portugal, co-organisée avec l'aide de la Fondation Calouste Gulbenkian basée à Lisbonne et qui fête actuellement le 50e anniversaire de leur agence parisienne. La conservatrice de l'exposition, Helena Freitas, présente cette future exposition comme « l'excuse parfaite » de combler le peu de connaissance de l'œuvre de l'artiste sur la scène parisienne. En effet, Souza-Cardoso y a vécu entre 1906 et 1914, en plein « berceau du modernisme », rendant sa présence à Paris plus que désirée si ce n'est incontournable.

L'exposition comprendra des tableaux qui ont été exposés lors de la fameuse Armory Show à New York en 1913, dont l'oeuvre Avant la Corrida (1912), ainsi que Sans Titre (Coty) et Sans titre (BRUT 300 TSF), datant tout deux de 1917. Ces œuvres illustrent « l'individualité étonnante » qui particularise et caractérise si bien l'ensemble de l'œuvre de Souza-Cardoso et démontrent ainsi sa manière de « réinterpréter les mouvements artistique de son époque », comme l'a si bien évoqué Freitas.

Avant la corrida, 1912 Crédit photo: Centro de Arte Moderna Avant la corrida, 1912
Crédit photo: Centro de Arte Moderna

Souza-Cardoso, qui se déclarait alors comme un artiste « impressionniste, cubiste, futuriste et abstractionniste », passa l'apogée de sa période de création entre Paris – où il comptait parmi ses amis Modigliani et Brancusi – et Lisbonne. A Lisbonne, il a fait partie de la première vague du Modernisme Portugais, la génération Orpheu, qui était étroitement associé à la revue littéraire du même nom et rédigée par le jeune Fernando Pessoa, célèbre poète Moderniste Portugais. Cependant, les activités artistiques de ce groupe ne dura pas du à la propagation de la tuberculose, la grippe espagnole et la strychnine qui entrainèrent la mort de plusieurs des membres les plus actifs du groupe.

Souza-Cardoso meurt en 1918, en pleine période de dictature au Portugal qui isola le pays du reste de l'Europe durant plus d'un demi-siècle. Pendant ces années-là, « une histoire internationale de l'art était en train d'être écrite sans aucune connaissance de la nature et du volume de la production artistique de Souza-Cardoso ». Encore aujourd'hui, la production artistique de Souza-Cardoso est encore bien méconnue en dehors de son pays natal. Près d'un siècle après sa mort, le Grand-Palais est prêt à remédier à cette lacune historique.

Commentaires