Accusé de vandalisme à cause de graffitis illégaux, le street artist Shepard Fairey s'est rendu à la police de Détroit et risque, pour la première fois de sa longue carrière, une peine d'emprisonnement.

Suite à des négociations avec l'avocat de l'artiste, les autorités n'ont pas extradé l'artiste qui s'est lui-même livré à la police de Detroit.

L'artiste Shepard Fairey Image via Brendan Mcdermid/Reuters L'artiste Shepard Fairey
Image via Brendan Mcdermid/Reuters

Le journal The Detroit Free Press reporte que 18 œuvres illégales menées par Shepard Fairey auraient été trouvées dans la ville. Les investigations sont toujours en cours et ce nombre pourrait augmenter dans les heures à venir.

S'il est reconnu coupable de ces 18 chefs d'accusation, Shepard Fairey pourrait être condamné jusqu'à cinq ans de prison et à payer plus de 10 000 $ d'amendes.

Shepard Fairey devant son poster iconique d'Obama intitulé ''Hope''  Image via LA Times Shepard Fairey devant son poster iconique d'Obama intitulé ''Hope''
Image via LA Times

Alors que des expositions lui sont consacrées dans le monde entier, notamment à Paris jusqu'au 1er août prochain, Shepard Fairey pourrait payer cher la liberté liée à son art.

Commentaires