L'histoire est digne d'un scenario de film. Tout débute en 1991, dans une belle Villa de Beverly Hills. Les propriétaires, partis plusieurs jours en dehors de la ville, sont victimes d'un vol d'envergure. A leur retour, tous leurs bijoux et oeuvres d'art ont disparus - l'équivalent d'un million de dollars - dont plusieurs oeuvres du sculpteur Auguste Rodin.

Le complice n'était autre qu'un employé de la maison, qui avait vendu un double des clés de la Villa pour 5 000 dollars à un groupe de malfaiteurs. La police, après avoir remarqué qu'un mandat d'arrêt avait deja été lancé contre lui dans son pays natal en Suisse, a arrêté le coupable à Miami. Les voleurs et les objets dérobés n'ont en revanche jamais été retrouvés.

Les choses se compliquent quand, en 2011, une sculpture d'Auguste Rodin, La Jeune Fille au Serpent, est reconnue comme l'une des sculptures volées à Beverly Hills en 1991.

Jeune fille au serpent (circa 1886) Auguste Rodin Image via artnet.com Jeune fille au serpent (circa 1886)
Auguste Rodin
Image via artnet.com

Après trois ans et demi de querelles entre Interpol, un vendeur têtu et les compagnies d'assurance, Art Recovery a été nommé pour mener les négociations entre les victimes et l'avocat du vendeur. Finalement, le vendeur a renoncé à la propriété du bien qui a été rendu aux victimes du vol, conformément aux conditions de leur assurance.

Christopher Marinello, PDG d'Art Recovery, a declaré que le cas était "un parfait exemple de collaboration entre les secteurs public et privé." Il a remercié la police pour leur "ferme détermination" en maintenant le dossier ouvert pendant 24 ans et Christie's pour leur coopération.

La sculpture de Rodin sera mise en vente chez Christie's plus tard cette année. Le vendeur, dont le nom n'a pas été révélé, a purgé une peine de prison aux États-Unis et aurait été extradé vers la Suisse où il a subi une peine supplémentaire.

Commentaires