L'économiste Clare McAndrew est l'auteur du rapport Art Basel sur le marché de l'art mondial en collaboration avec UBS L'économiste Clare McAndrew est l'auteur du rapport Art Basel sur le marché de l'art mondial en collaboration avec UBS

Dans le rapport, l’économiste Clare McAndrew résume : « En 2017, malgré les exacerbations politiques persistantes dans de nombreuses régions, la croissance robuste de la richesse mondiale, en particulier dans le haut de gamme, l'amélioration des performances économiques, l'accélération des rendements financiers, une confiance accrue des consommateurs et une offre en hausse offrent un environnement plus favorable pour les ventes. »

Ce chiffre s’explique également par la progression des salons avec un volume de transactions sur les foires qui a progressé de 17% entre 2016 et 2017, pour un montant qui totalise 15,5 milliards de dollars (12,5 milliards d’euros), soit un poids de 24,3% du marché de l’art mondial. Cependant, il est à noter les coûts de participation à ces événements qui ont grimpé de 15%.

Les États-Unis, la Chine et le Royaume-Uni restent les trois principaux marchés de l'art et représentent à eux seuls 83% du marché mondial. Sur le total des ventes mondiales d'art réalisées en 2017, les États-Unis sont responsables d'environ 42% des ventes. En comparaison, la France détient 7% du marché et l’Allemagne 2%.

Concernant les ventes en ligne d’œuvres d’art, elles représentent 8 % du marché global  avec une progression de 10 % en 2017 pour atteindre 5,4 milliards de dollars. Le marché en ligne ne s'est jamais aussi bien porté.

Ces chiffres sont toutefois à relativiser, le rapport ne pouvant relater avec précision les transactions privées ou autres transactions enregistrées ailleurs pour des raisons fiscales.

Le rapport complet peut être téléchargé sur le site d'Art Basel.

Commentaires