Shepard Fairey Image via obeygiant.com Shepard Fairey
Image via obeygiant.com

Le street-artist Shepard Fairey est encore une fois en conflit avec la police de Detroit, et cette fois, c'est bel et bien sérieux.

Célèbre pour avoir crée et lancé la marque à succès Obey, Shepard Fairey est accusé d'avoir récemment collé des affiches de son icône de toujours "Andre the Giant" sur les murs de plusieurs bâtiments du centre-ville. La police a émis un mandat d'arrêt pour destruction de propriété, passible d'une peine de cinq ans de prison et 10.000 dollars d'amende.

Andre Le Géant sur les murs des rues de Detroit Andre Le Géant sur les murs des rues de Detroit

Très populaire parmi les amoureux du Street Art, Barack Obama l'avait même choisi pour son affiche de campagne de 2008. Mais les autorités de la ville de Detroit estiment qu'il donne "le mauvais exemple" en s'accaparant les rues de la ville illégalement et ont lancé un mandat d'arrêt contre lui.

L'affiche pour la campagne de Barack Obama en 2008 Image via Shepard Fairey L'affiche pour la campagne de Barack Obama en 2008
Image via Shepard Fairey

Shepard Fairey "connaît bien la loi et au lieu de respecter la ville de Detroit, il nous emmène deux pas en arrière", a commenté l'officier de police McKay. Ni l'artiste ni ses représentants n'ont pu être contactés.

Shepard Fairey s'était rendu le mois dernier dans la ville du Michigan pour y réaliser une oeuvre géante sur une partie d'un building, le One Campus Martius, après une commande qui lui avait été faite par un magnat de l'immobilier. Mais dans une interview à un journal local, le Detroit Free Press, il avait dit son intention de réaliser une autre oeuvre, illégale cette fois. "Je fais toujours des choses dans la rue sans permission. Je vais faire des trucs dans la rue quand je serai à Detroit ", avait-il révélé.

Fairey a peint la plus grande peinture murale de sa carrière à Detroit le mois dernier. Photo via insidetherockposterframe.blogspot.de Fairey a peint la plus grande peinture murale de sa carrière à Detroit le mois dernier.
Photo via insidetherockposterframe.blogspot.de

Cette polémique survient au mauvais moment alors que Detroit se remet tout juste d'une faillite historique. L'été dernier, le maire de la ville Mike Duggan, avait alors formé un groupe chargé de cibler les tagueurs et de réprimer les violations du code immobilier. Une douzaine de personnes avait été appréhendée pour vandalisme. Shepard Fairey risque bien de subir le même sort...

Commentaires