C'est dans ce contexte que le Centre des monuments nationaux - CMN -, qui gère 98 monuments affronte une concurrence féroce. Comme l'explique Philippe Belaval, son président: «Le temps où l'on pouvait attendre les visiteurs derrière le comptoir est révolu».

Pour attirer des visiteurs dans les monuments historiques, le CMN mise, depuis quelques années, sur l'organisation d'expositions d'art contemporain dans ces édifices atypiques.

En 2013, la Conciergerie à Paris a ainsi accueilli une quarantaine d'œuvres de la collection Pinault sur le thème de l'enfermement. Un choc des époques et des styles qui a fait le buzz.

Exposition A TRIPLE TOUR A LA CONCIERGERIE, oeuvre de Javier Téllez  Crédit François Boutard Exposition A TRIPLE TOUR A LA CONCIERGERIE, oeuvre de Javier Téllez
Crédit François Boutard

Autre initiative plus récente : la restauration du Panthéon. En 2014, l'œuvre participative de l'artiste contemporain JR - #AuPanthéon - est déployée sur la bâche de chantier recouvrant le tambour du monument. Une utilisation habile du chantier pour susciter l'attention des touristes, malgré la rénovation en cours.

JR au PANTHEON, vue de la façade, tambour  Image via editionsalternatives.com JR au PANTHEON, vue de la façade, tambour
Image via editionsalternatives.com

Si l'art contemporain contribue à attirer de nouveaux visiteurs dans ces lieux patrimoniaux, l'organisation d'événements autour du design est aussi un excellent moyen de redécouvrir un site architectural.

Ainsi, pour le cinquantième anniversaire de la mort du Corbusier, le CMN a laissé carte blanche au designer Frédéric GAUNET et à la marque TOLIX pour investir la Villa Savoye. Du 12 février au 20 avril 2015, les visiteurs de cette célèbre villa réalisée par Le Corbusier ont pu déambuler dans les pièces «re-meublée» de la Villa.

VILLA SAVOYE + Tollix   Image via Blog Esprit Design VILLA SAVOYE + Tollix
Image via Blog Esprit Design

Au Château de Versailles, on a bien compris également l'intérêt de miser sur l'art contemporain pour faire venir un nouveau public. Sous l'impulsion de Jean-Jacques Aillagon, Les salles du château ont ainsi accueilli Jeff Koons en 2008, Xavier Veilhan en 2009, Takashi Murakami en 2010. Rien que des artistes contemporains starifiés et parmi les plus médiatisés!

Catherine Pégard qui succéda à Jean-Jacques Aillagon à la tête de l'institution patrimoniale en 2011 poursuit depuis cette politique, avec, semble-t-il, un discours plus mesuré : «Les artistes ne viendront pas à Versailles mais pour Versailles», qui n'est «pas un décor». Du 11 juin au 30 octobre 2013, Guiseppe Penone installa ses sculptures naturelles dans les Jardins à la Française du château. Un très beau succès puisque l'exposition temporaire comptabilisa 2 240 000 visites soit 2 321 visites/jour - (ensemble des visiteurs du château de Versailles ayant pu voir l'exposition/Source Rapport d'Activités Annuel 2013 de l'Établissement Public du Château).

PENONE à Versailles   Image via 20minutes.fr PENONE à Versailles
Image via 20minutes.fr

PENONE à Versailles, Arbre Foudroyé Image via jeanclaudelafarge.fr PENONE à Versailles, Arbre Foudroyé
Image via jeanclaudelafarge.fr

À l'heure actuelle, l'artiste Anish Kapoor propose son parcours dans les jardins du Château. Une œuvre en particulier, «Dirty Corner», représentant une trompe d'acier à la connotation sexuelle évidente suscite de vives polémiques. Pour le site patrimonial, la couverture médiatique est assurée!

Ces événements culturels rajeunissent l'offre des monuments et rejaillissent positivement sur leur image, à condition de l'existence d'un réel dialogue entre l'esprit d'un site patrimonial et l'œuvre d'un artiste. La confrontation patrimoine/art contemporain contribue aussi à redécouvrir des lieux « endormis ». La France est justement un pays qui en regorge, profitons-en!

Commentaires