La Collection de la Société Générale constitue l'un des plus importants ensembles d'art contemporain réunis par une banque en France. Barnebys est allée à la rencontre d'Aurélie Deplus, responsable du mécénat artistique.

1600x360_portrait_aurelie_deplus_c60ff

Comment, quand et pourquoi est née la Collection Société Générale? 

A l'origine, la collection a été initiée en 1995 par notre ancien Président Marc Viénot. Son idée était d'accompagner les collaborateurs lorsqu'ils se sont installés dans leur nouvel environnement de travail à la Défense. C'est comme ca qu'a débuté l'acquisition d'oeuvres, avec déjà beaucoup de peintures abstraites, modernes et contemporaines.

Cette politique d'acquisition d'oeuvres n'a pas changé depuis vingt ans, tous les ans nous achetons de nouvelles oeuvres qui viennent compléter la collection.

Comment en êtes-vous arrivé à diriger la Collection Société Générale? Parlez-nous de votre parcours.

J'ai commencé dans les salles de marché à Londres. De retour à Paris j'ai commencé l'analyse financière pour une banque américaine, notamment sur des starts up et des boites e-commerce. A l'époque j'avais fait un rapport sur la finance en ligne et la banque d'investissement m'a embauchée sur la base de cette étude. Ensuite je suis arrivée à la Société Générale en tant qu'analyste sur les fusions-acquisitions.

Puis j'ai quitté la banque pendant un an et demi pour suivre le programme Christie's Education à Paris. Je suis restée quelques temps chez Christie's au département Service Client. De retour à la Société Générale on m'a demandé de rejoindre la Direction de la Communication. Mon profil correspondait car il alliait connaissance de la banque et goût pour l'art.

Comment choisissez-vous les oeuvres qui vont venir compléter la Collection?

Le processus d'acquisition est très organisé. Il est initié par un Comité de Sélection réunissant des experts du monde de l'art et des amateurs d'art issus des rangs de l'entreprise, recrutés par appel à candidatures interne.

Leurs propositions sont ensuite présentées au Comité d'acquisition - le prochain est en Juin 2016-, réunissant Frédéric Oudéa, Directeur
général du Groupe, Séverin Cabannes, Directeur général délégué, et Caroline Guillaumin, Directrice de la communication.

Parfois, ce sont des commandes, comme la sculpture de Tom Carr qui se trouve dans le hall de l'immeuble.

La sculpture de Tom Carr © Courtesy Collection Société Générale  Photo: Bernard Saint-Genès La sculpture de Tom Carr
© Courtesy Collection Société Générale
Photo: Bernard Saint-Genès

Ce sont tous les ans 300 000 euros qui sont consacrés à l'acquisition de nouveaux tableaux, sculptures, photographies, etc. Rien n'est stocké et on ne revend jamais d'oeuvres pour en racheter d'autres.

Par quels canaux passez-vous pour acquérir de nouvelles oeuvres?

On achète essentiellement par le biais des galeries, et quelques fois directement auprès des artistes lorsqu'ils ne sont pas encore représentés en galerie. On soutient de plus en plus de jeunes talents émergents.

Quels sont les principaux axes de développement de la politique de mécénat de la Société Générale?

La politique de mécénat a vraiment été initiée en 2003, avec la constitution d'un comité d'acquisition et d'un service de mécénat. Dès lors on a eu la volonté de partager la Collection, notamment avec des musées de France.

Depuis 2010, il y a une réelle volonté de partager la Collection avec le public. Nos oeuvres sont dispersées dans nos locaux de la Défense, on a donc organisé des visites guidées au sein même des Tours Société Générale. Qui veut venir le peut, les visites sont gratuites et il suffit de s'inscrire via notre site internet. On fait beaucoup de médiation pour les enfants, on reçoit beaucoup de groupes scolaires. On fait également de la médiation pour les personnes en situation de handicap.

Qui réalise les visites guidées de la Collection?

On a toute une médiation spécialisée avec une équipe dédiée aux visites guidées. En outre, nous avons un partenariat avec le Master technique de l'exposition de Paris I et tous les ans, ce sont entre 3 et 4 étudiants qui sont formés à la médiation au sein de la Collection de la Société Générale.

Organisez-vous des expositions dans les bureaux?

Absolument, environ une à deux par an. On fait appel à des commissaires d'expositions indépendants qui viennent faire une selection d'oeuvres sur des thèmes variés.

En 2015, pour célébrer les vingt ans de la Collection, Société Générale a confié l'accrochage à Koyo Kouoh, jeune commissaire d'exposition camerounaise, fondatrice et directrice de RAW Material Company –Centre pour l'art, le savoir et la société à Dakar. C'est la thématique du mouvement qui a retenu son attention et qui a constitué le fil conducteur de son accrochage intitulé "(DÉ)PLACEMENTS".

L'accrochage du moment a été conçu en collaboration avec le collectif d'artistes musiciens "Les Dissonances". Le musicien David Grimal a sélectionné 22 oeuvres qu'il a littéralement "mis en musique". Chaque oeuvre de l'exposition est en effet associée à un morceau de musique classique que le visiteur est invité à écouter en même temps qu'il prend le temps de regarder l'oeuvre.

Un espace est dédié au 1er étage des tours Chassagne et Alicante de La Défense Image: Barnebys Un espace est dédié au 1er étage des tours Chassagne et Alicante de La Défense
Image: Barnebys

Le prochain projet sur lequel vous travaillez pour la Collection?

Nous sommes en train de mettre en place des visites 'flash' pour le public et les collaborateurs. Par exemple. lorsque vous vous rendrez dans nos locaux pour un rendez-vous, au lieu d'attendre passivement, quelqu'un vous expliquera en cinq minutes une ou deux oeuvres de la pièce. Ce sera un moment de rencontre et de partage.

Aujourd'hui, quelle est la place du digital dans la promotion de la Collection Société Générale?

Internet est très important pour valoriser notre Collection. On est en train de travailler sur un nouveau portail qui allierait les deux axes de mécénat du groupe Société Générale - l'art contemporain et la musique classique.

Votre oeuvre coup de coeur au sein de la Collection?

J'aime beaucoup le dessin, donc ce serait l'oeuvre de Rui Moreira, The Machine of Entangling Landscapes VII. C'est une oeuvre sur papier assez incroyable en termes de technique et de graphisme. Elle me plait beaucoup car on ne s'en lasse pas, il y a beaucoup de choses à regarder.

Rui Moreira The Machine of Entangling Landscapes VII, 2011 Gouache sur papier ©ADAGP, Paris 2015 Rui Moreira
The Machine of Entangling Landscapes VII, 2011
Gouache sur papier
©ADAGP, Paris 2015

Commentaires