Ce n'est pas nouveau qu'Ai Weiwei s'engage publiquement pour la défense des migrants. Depuis le début du mois de janvier, il s'est installé sur l'île grecque de Lesbos pour rendre compte, au quotidien via son compte Instagram, de la vie des hommes, femmes et enfants qui tentent de rejoindre l'Europe. Son projet est de créer un mémorial 2.0, avec les hashtags #refugees et #safepassage.

Ai Weiwei a également fait annuler ses deux expositions au Danemark à la suite de l'adoption d'une loi sur l'immigration autorisant le gouvernement à saisir tous les objets d'une valeur supérieure à 1 300 euros.

Ai Weiwei sur l'île grecque de Lesbos.  Photo Rohit Chawla. India Today Ai Weiwei sur l'île grecque de Lesbos.
Photo Rohit Chawla. India Today

Mais cette fois-ci, en reproduisant l'image du corps sans vie du petit Aylan, l'artiste crée un profond malaise.

L'image de ce petit garçon de trois ans face contre terre avait émue le monde entier en septembre dernier. Son corps sans vie avait échoué sur les rives de l'île grecque de Lesbos. Aylan était vite devenu le symbole de l'impuissance de nos économies à trouver une solution à cette crise migratoire sans précédent.

Photo Nilufer Demir. AFP Photo Nilufer Demir. AFP

Alors que ressent-on en découvrant la mise en scène d'Ai Weiwei? Un profond malaise. Et une immense tristesse aussi. Tristesse de voir qu'un artiste pense nécessaire de reproduire cette scène de mort, alors que des migrants continuent de perdre la vie tous les jours.

Comme le révèle le quotidien Libération, le même weekend où Ai Weiwei réalisait son 'shooting', 37 personnes mouraient noyées en mer Egée en tentant de gagner cette île de Lesbos, dont une grande majorité de femmes et enfants.

Si on ne doute pas de la sincérité de l'artiste chinois, cette mise en scène est plus maladroite qu'efficace. Elle divise d'ailleurs l'opinion publique, dont une partie ne comprend pas le message d'Ai Weiwei.

Screen Shot 2016-02-02 at 11.18.51

Ai Weiwei a confié à CNN: "L'idée est venue spontanément. Le photographe et le journaliste [d'India Today] m'ont demandé de poser pour une photo près de la plage de Lesbos, et nous avions parlé de l'image d'Aylan juste avant, donc je l'avais à l'esprit. Vous voyez tellement d'enfants descendre de ces bateaux. Ils sont comme des anges, ils sont les plus vulnérables. Il existe deux mondes, celui des adultes et celui des bébés, et ils ne sont pas connectés".

L'Europe est confrontée à l'une des plus graves crises de migrants depuis la guerre. Ils sont déjà plus de 350 000 à avoir pris le risque de traverser la Méditerranée cette année, contre 220 000 en 2014, selon l'Office international des migrations (OMI). Dont beaucoup ont péri en mer...

Commentaires