Leonardo da Vinci, Mona Lisa (1503–1517) Image via Getty Images Leonard de Vinci, Mona Lisa (1503–1517)
Image via Getty Images

Le scientifique français Pascal Cotte affirme que le chef d'oeuvre de Leonard de Vinci contient un autre visage qui n'a ni le regard en biais ni le sourire énigmatique pour lesquels la Mona Lisa a été rendue célèbre.

Pascal Cotte a eu accès au tableau en 2004 et l'a analysé à partir d'une technique d'imagerie appelée L.A.M. (Layer Amplification Method). Les images produites par une caméra permettent de voir les couches de peinture successives, de décomposer les coups de brosse superposés et d'en reconstituer la chronologie.

Le scientifique Pascal Cotte Image: Brinkworth Films via BBC Le scientifique Pascal Cotte
Image: Brinkworth Films via BBC

"La technique du LAM nous donne la capacité de peler la peinture comme un oignon, en supprimant la surface pour voir ce qui se passe à l'intérieur et derrière les différentes couches de peinture." a expliqué Pascal Cotte dans un entretien à la BBC.

Son travail est toutefois controversé et divise les spécialistes de l'art.

"Ce procédé est ingénieux car il montre ce à quoi Leonardo a peut-être pensé", juge Martin Kemp, professeur à l'université d'Oxford. "Mais l'idée selon laquelle cette image se cachait sous la surface est intenable. (...) Je ne pense pas qu'il n'y ait eu ces étapes discrètes représentant différents portraits. Je le vois plus ou moins comme un processus continu d'évolution. Je suis absolument convaincu que la Mona Lisa est Lisa."

L'année dernière, il avait déjà fait des vagues au sein de la communauté historique de l'art quand il a révélé qu'un autre chef d'oeuvre de Léonard de Vinci, La Dame à l'hermine avait été peint non pas en une, mais en trois étapes clairement différenciées.

La Dame à l'Hermine Photo: via BBC. La Dame à l'Hermine (1489-1490)
Image: via BBC.

Les travaux de Cotte seront présentés dans un documentaire intitulé Les Secrets de la Mona Lisa, diffusé le 9 décembre à 21h (heure anglaise) sur la chaîne anglaise BBC Two.

Commentaires