Le 22 août 1911, deux artistes accrédités du Musée du Louvre, le peintre Louis Béroud et le graveur Frédéric Laguillermie, arrivent au petit matin au musée où ils ont l'habitude de reproduire des oeuvres de grands maîtres. Alors qu'ils s'apprêtent à s'inspirer de l'oeuvre de Léonard de Vinci, ils tombent nez à nez avec un mur vide: la Joconde a disparu!

L’emplacement de la Joconde au Louvre en 1911 après le vol Image via lesyeuxdargus.wordpress.com L’emplacement de la Joconde au Louvre en 1911 après le vol
Image via lesyeuxdargus.wordpress.com

Alertés par les deux compères, les gardiens partent à la recherche du tableau et espèrent le retrouver dans l'atelier de Braun & Cie, photographe officiel du Louvre. Mais après de vaines recherches, ils se rendent à l'évidence: la Joconde a bel et bien été volée!

Le cadre datant de la Renaissance italienne et la vitre du tableau sont vite retrouvés dans le petit escalier du Louvre menant à la cour Visconti. Des empreintes y sont trouvées et comparées à celles des 257 employés du musée, sans résultat. Face à la pression, le directeur du Louvre de l'époque, Théophile Homolle, est contraint à démissionner.

Le Petit Parisien annonce le vol de la Joconde, 23 août 1911 Image via lesyeuxdargus.wordpress.com Le Petit Parisien annonce le vol de la Joconde, 23 août 1911
Image via lesyeuxdargus.wordpress.com

La presse s'en donne à coeur joie et des dizaines de pistes sont envisagées. Le juge d'instruction chargé de l'affaire, Joseph-Marie Drioux, va jusqu'à soupçonner le Kaiser Guillaume II d’être responsable de la disparition. Les débâcles de la police font les choux gras des journaux qui enchaînent railleries et critiques.

Guillaume Apollinaire est lui-même mouillé à l'affaire et emprisonné pour recel à la prison de la Santé du 8 au 12 septembre. Son ancien secrétaire Guy Piéret a en effet dérobé trois statuettes au Louvre en 1907 et 1911 avant de prétendre avoir volé aussi la Joconde et d'en réclamer une rançon de 150 000 francs. Pablo Picasso est lui aussi inquiété, ayant racheté deux des statuettes.

La Société des amis du Louvre offre une récompense de 25000 francs à toute personne retrouvant le tableau tandis que la revue L'Illustration promet 40 000 francs à la personne le rapportant dans ses locaux. Mais rien ne bouge et toujours aucune trace du tableau.

Et pourtant, la Joconde dort depuis plusieurs mois dans Paris, à quelques rues du Louvre. Ou cela? Chez un vitrier italien du nom de Vincenzo Peruggia, bien connu du musée puisque c'est lui même qui a encadré la Joconde quelques mois plus tôt. Habitué des lieux, Peruggia s'est introduit au Louvre le 21 août 1911, jour de fermeture du musée, pour y dérober le tableau.

La fiche anthropométrique de Peruggia Image via paris-a-nu.fr La fiche anthropométrique de Peruggia
Image via paris-a-nu.fr

Lorsque deux ans plus tard, il décide de revendre le tableau en Italie, il ne met pas longtemps à être démasqué. Un marchand italien du nom d'Alfredo Geri est particulièrement intéressé par la pièce mais flaire vite l'arnaque. Accompagné de Poggi, directeur du musée des Offices, il confirme l'authenticité de l'oeuvre et prévient la police qui arrête Peruggia dans la foulée.

Après une tournée en Italie, la Joconde est finalement restituée au Louvre le 4 janvier 1914, où elle fait depuis l'objet d'une surveillance renforcée.

Deux hommes portent la Joconde leur de son retour au Louvre en 1914 Image via CNN Deux hommes portent la Joconde leur de son retour au Louvre en 1914
Image via CNN

Le retour de la Joconde au Louvre en 1914 Image de Roger-Viollet Le retour de la Joconde au Louvre en 1914
Image de Roger-Viollet

Aujourd'hui encore, les motivations de Vincenzo Peruggia restent floues. Le vitrier a affirmé avoir agi en patriote, souhaitant rendre la Joconde selon lui dérobée à l'Italie par Bonaparte. Une autre version plus romantique existe aussi: Peruggia aurait reconnu en la Joconde un amour de jeunesse disparu dans une avalanche et aurait volé le tableau en souvenir de cette jeune femme...

Aujourd'hui, la Joconde de Léonard de Vinci est toujours exposée au Louvre (Aile Denon, 1er étage, Salle de la Joconde, Salle 6).

Des visiteurs se pressant devant la Joconde de Léonard de Vinci Image via Wikipédia Des visiteurs se pressant devant la Joconde de Léonard de Vinci
Image via Wikipédia

Commencé à Florence vers 1503, il s'agirait du portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, marchand d'étoffes florentin.

La Joconde est l'oeuvre d'art la plus visitée au monde.

Commentaires