Collections Aristophil, 23 novembre 2017, Hôtel Drouot, image ©Reuters - Benoit Tessier Collections Aristophil, édition 23 novembre 2017, Hôtel Drouot, image ©Reuters - Benoit Tessier

Les maisons de ventes Aguttes, Artcurial, Drouot et Ader-Nordmann joindront leurs forces du 16 au 20 juin et présenteront, sous l’entité OVA, les extraordinaires Collections Aristophil. L’évènement sera décliné en sept ventes, qui couvriront les thèmes Origine(s), Histoire Postale, Beaux-Arts, Littérature et Musique. Une occasion pour les collectionneurs de voir défiler des chefs-d’œuvre variés, allant d’un livre d’Heures du XVe siècle à une partition de Mozart, en passant par un dessin de Saint-Exupéry.

L’exposition des ventes se tiendra quant à elle du 12 au 15 juin à l’Hôtel Drouot.

Origine(s)

On démarre avec Origine(s), une vente organisée par Aguttes qui plongera les acheteurs dans les époques du Moyen-Âge et de la Renaissance. Les lots de la vente, 45 au total, sont estimés à 4,5 millions d’euros et ouvriront le bal le 16 juin à 14 h 30.

On observe parmi les nombreux manuscrits, un témoin remarquable d’une partie de l’histoire de France. Un ouvrage illustré attribué à Luce de Gat et Helie de Boron. Intitulé « Tristan et Iseult », le roman est écrit en français et daté aux alentours de 1470-1475. Selon les experts, le roman aurait été écrit à Bruges et offert à un prince de Bourgogne (Simon ou Josse le Lalaing) et a la particularité d’être illustré d’un grand frontispice enluminé. Ce dernier, attribué à l’artiste Loyset Liédet, dépeint plusieurs scènes, comme Tristan qui enfourche sa monture ou Iseult en arrière-plan, qui observe le combat de Tristan contre un sanglier. L’estimation est fixée entre 250 000 et 300 000 euros.

« Tristan et Iseult », attriubé à Luce de Gat et Helbie Boron, image ©Aguttes « Tristan et Iseult », attriubé à Luce de Gat et Helie Boron, image ©Aguttes

Cependant, l’incontestable lot clé de la catégorie Origine(s) est le Livre d’Heures dit « de Petau », en référence à Paul et Alexandre Petau, de grands collectionneurs de livres et d’archives. La bibliothèque familiale comprend des manuscrits acquis entre 1590 et 1659, dont environ 1 500 ont été vendus à la reine Christine de Suède.

Livre d'Heures Petau, image ©Aguttes Livre d'Heures Petau, image ©Aguttes

Cet ouvrage, estimé entre 700 000 et 900 000 euros, est rédigé en latin sur parchemin et présente une mise en pages très avancée. Seize médaillons en camaïeu d’or réalisés par Jean Poyer sont intercalés entre les pages pour que lors de la lecture, les scènes bibliques y figurant s’accordent avec le texte.

Livre d'Heures Petau, image ©Aguttes Livre d'Heures Petau, image ©Aguttes

Histoire Postale

La vente d’Histoire Postale du 16 juin à 16 h, organisée par Artcurial, mettra à l’honneur les aventuriers modernes et héros de l’aviation, avec une sélection d’écrits des pilotes de la Compagnie française aéropostale.

On compte parmi ces documents historiques plusieurs œuvres qui témoignent de la conquête des airs par les services postaux. Dans les années 1920, l’Aéropostale relève le défi fou de mettre en place une ligne aérienne transatlantique consacrée au service postal et au transport de passagers. Les exploits des premiers pilotes sont relatés dans la presse, qui fait d’eux les nouveaux héros téméraires des temps modernes.

Antoine de Saint-Exupéry, bouillon du « Petit Prince », image ©Aguttes Antoine de Saint-Exupéry, bouillons du « Petit Prince », image ©Artcurial

Le pilote le plus célèbre de la compagnie, Antoine de Saint-Exupéry, dont l’œuvre principale n’est plus à présenter, viendra ponctuer la vente avec une belle sélection de dessins, d’aquarelles et de manuscrits. On note la présence de brouillons sur lesquels figure le personnage de l’œuvre universelle « Le Petit Prince ». Estimé entre 150 000 et 200 000 euros, le lot présente des variantes et des passages inédits de l’ouvrage publié en 1943.

Antoine de Saint-Exupéry, bouillon du « Petit Prince », image ©Aguttes Antoine de Saint-Exupéry, extrait de bouillon du « Petit Prince », image ©Artcurial

Beaux-Arts

Du côté des Beaux-Arts, c’est Aguttes qui aura le plaisir de présenter près de 300 lots mêlant plusieurs correspondances, dessins, et écrits des plus grands artistes peintres. Des documents très riches qui permettront de découvrir les pensées et réflexions quotidiennes des maîtres de la peinture comme Delacroix, Gauguin, Monet, Renoir, Picasso ou encore Miró. De quoi porter un autre regard sur ces personnages qui ont tant apporté à l’histoire de l’art.

Agenda d'Auguste Rodin, 1094, image ©Aguttes Agenda d'Auguste Rodin, 1094, image ©Aguttes

On trouve par exemple l’agenda d’Auguste Rodin, qui relate ses émotions écrites sur le vif, comme lors de voyages à Blois de Touraine, un lieu sur lequel l’artiste s’attarde tout particulièrement. Ce petit trésor de 1904, estimé entre 10 00 et 15 000 euros, n’est pas considéré comme un journal intime, mais plutôt comme un carnet de poche qui accompagne le sculpteur dans ses réflexions intimes. Le 18 juin à 14h.

Littérature

Le mardi 19 juin à 16 h, la vente Littérature d’Aguttes regroupera les travaux de grands esprits tels que Louis-Ferdinand Céline, Victor Segalen, Marcel Proust, Oscar Wilde, Boris Vian ou Paul Éluard. L’estimation totale de la vente s’élève à 440 000 euros.

Un manuscrit autographe de Stèles signé Victor Segalen se place comme point fort de la vente, avec une estimation de base avoisinant les 100 000 euros. Écrit entre 1910 et 1911, cet avant-projet marque le début de la réalisation du célèbre recueil de poèmes en prose « Stèles ».

Victor Segalen, « Stèles », image ©Aguttes Victor Segalen, « Stèles », image ©Aguttes

Il est adressé à son ami de Gilbert de Voisin depuis Pékin en plusieurs envois et présente des variations par rapport au texte publié en 1912. La rareté de l’ouvrage est considérable puisqu’à son décès (et selon son souhait), l’intégralité des correspondances entre Segalen et son ami De Voisin sont brûlées, épargnant seulement ces quelques stèles ainsi qu’un fragment de lettre.

Musique

La vente des Collections Aristophil continue en musique, avec une session d’enchères organisée par Ader-Nordmann le 20 juin. Plusieurs génies de la composition sont présents au sein du catalogue, tels que Messiaen, Beethoven, Berlioz, Debussy et bien d’autres. Les lots d’exception, qui compilent des épreuves corrigées, documents et lettres, élèvent l’estimation totale de la vente à près de 4,2 millions d’euros.

Un extraordinaire brouillon des Scènes de Faus de Robert Schumann entrera en salle des ventes avec une estimation entre 500 000 et 600 000 euros. Ces ébauches de l’œuvre où l’on découvre la genèse sont réalisées entre 1844 et 1853. Schumann s’inspire d’ailleurs, comme beaucoup de musiciens, du chef-d’œuvre de Goethe. Le compositeur n’a jamais eu le privilège s’entendre son œuvre, puisqu’il tente de se donner la mort quelques mois après y avoir mis le point final, et finit sa vie interné dans un asile. La première représentation orchestrale est tenue à Cologne le 14 janvier 1862.

Robert Schumann, brouillon des scènes de Fans, image ©Ader-Nordmann Robert Schumann, brouillon des scènes de Fans, image ©Ader-Nordmann

Une seconde vente de Musique intitulée « De Lully à Stravinsky », permettra à Aguttes de clore la semaine de ventes le 20 juin à 16 h et de mettre en avant d’autres prodiges de la musique classique. Les créations de Rossini, Tchaïkovski, Ravel, ou Lully, pour n’en citer que quelques-uns, offriront un véritable voyage à travers l’Europe musicale.

Wolfgang Amadeus MOZART, un fragment de « Sérénade », image ©Aguttes Wolfgang Amadeus MOZART, un fragment de « Sérénade », image ©Aguttes

Les détails complets de la vente des Collections Aristophil sont à retrouver ici !

En attendant, découvrez tous les objets Aguttes aux enchères sur Barnebys !

Commentaires