Ces remarquable toiles grand format viendront ponctuer une vente au catalogue riche et varié, comprenant, entre autres, des artistes de renom comme Lucio Fontana, Victor Vasarely, ou encore Wifredo Lam.

Georges Mathieu se tourne vers une carrière artistique en 1942, année où il signe ses premières peintures à l’huile, après des études de droit et quelques printemps en tant que professeur. Il expose quatre ans plus tard à Paris au Salon des moins de trente ans, et au Salon des réalités nouvelles l’année suivante, un évènement grâce auquel il revendique la paternité du dripping (attribué à Jackson Pollock en 1945) et présente des toiles colorées à la texture faite de tâches.

Sa notoriété prend une dimension internationale dès 1950 et sa production décolle, il s’attèle à la création d’une multitude de tableaux qui met en avant la rapidité du geste et la notion de spontanéité. Il se tourne tout naturellement vers la performance, son abstraction gesturale en étant très proche, et foule les planches de plusieurs théâtres lors de happenings minutés qui donneront naissance à des œuvres remarquables, comme en 1956 au théâtre Sarah-Bernhardt à Paris, où il vide près de 800 tubes de peinture sur une toile de 4 par 12 mètres.

Il se place rapidement comme le fondateur de l’Abstraction lyrique, son utilisation de la matière est fulgurante, les couleurs jaillissent du tube avec une énergie brute, son geste créatif est emprunt d’une liberté encore inédite.

Le rapport entre la main de Georges Mathieu et la surface de la toile est presque physique, et tout comme sa rapidité d’exécution, se retranscrit dans son esthétique. Les titres de ses toiles (en témoignent les titres des œuvres présentées dans la vente de Leclere) sont imprégnés de références historiques, musicales ou géographiques, et apportent une dimension supplémentaire, poétique et décalée, à son corps de travail.

Georges Mathieu rencontre des difficultés à partager son art outre-Atlantique, les performances publiques qu’il tente de mettre en place à New-York en 1958 lui sont interdites et les galeries new-yorkaises refusent de l’exposer, ce qui le renvoie à peindre en solitaire dans les galeries de son hôtel. Il subira ce rejet de la part des institutions et des galeries de la « Grosse Pomme » jusqu’à la fin de sa carrière.

Sa consécration officielle a lieu en 1963, lorsqu’une grande rétrospective lui est dédiée au musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, un évènement que l’artiste a la chance de connaître de son vivant, et qui se produit simultanément avec la publication de son livre Au-delà du tachisme.

En 1968, un incendie ravage son atelier, des dizaines de toiles sont détruites (y compris Hommage aux poètes du monde entier, la toile monumentale créée au théâtre Sarah-Bernhardt en 1956), chose qui raréfie considérablement toute œuvre produite avant cette date.

Mathieu fait preuve d’une grande polyvalence au cours de sa carrière, on lui connaît, outre ses toiles colorées monumentales, des décors dorés pour des céramiques de la Manufacture de Sèvres, un talent de rédacteur pour la revue United States Lines Paris Review, et même une œuvre architecturale (sa seule et unique) réalisée en 1973 à la demande de l’industriel Guy Biraud.

Les 7 œuvres qui seront présentées à la vente le lundi 22 octobre par Leclere ont été produites entre 1967 (un an avant l’incendie tragique) et la fin des années 1980, période où sa palette se fait plus vaste et où son œuvre se teinte d’une certaine maturité. Ces toiles grand format, issues d’une seule collection privée, représentent un ensemble spectaculaire, très représentatif de l’œuvre de Georges Mathieu, père de l’Abstraction lyrique.

La vacation comprendra des œuvres d’autres grands maîtres de la peinture, tels que Keith Haring, Wifredo Lam, Victor Vasarely, et Sol Lewitt.

Retrouvez tous les lots de Leclere sur Barnebys.

Commentaires