Le Met victime de son ambition contemporaine?

Il y a à peine dix jours, le directeur du Metropolitan Museum of Art Thomas Campbell annonçait à ses employés que l’institution était confrontée à un déficit de 10 millions de dollars, qui pourrait être multiplié par quatre sur un an et demi si des coupes budgétaires n’étaient pas mises en place rapidement.

Parmi les 2 200 personnes actuellement employées, le musée prévoit la suppression de dizaines de postes, la masse salariale représentant 70% du budget total.

Malgré le nombre croissant de visiteurs, les revenus ne suivent pas. Le Met fonctionne sur la base de donations, suggérant à chaque visiteur une contribution de 25 dollars. Récemment, le nombre d'entrées a bel et bien augmenté, mais le montant des donations a en moyenne diminué de 40 centimes de dollars.

Cette baisse des donations de généreux philanthropes n'a pas fait les affaires du Met qui s'est lancé dans le développement d'une nouvelle antenne dédiée à l'art moderne et contemporain dans ses bâtiments de la 5e Avenue pour un coût total de 600 millions de dollars.

En mars 2016, le musée a également repris les anciens locaux du Whitney Museum pour ouvrir le Met Breuer, un lieu dédié à l'art du XX et XXIe siècle. Cette nouvelle entité devrait coûter 17 millions de dollars par an au Met.

Un pari très risqué qui semble avoir mis sérieusement à mal l'équilibre financier de l'institution toute entière. Cette expansion se fera sans doute au détriment des expositions temporaires, qui verront leurs budgets amputés.

Par ailleurs, on doute réellement de la cohérence du Met à s'attaquer à l’art moderne et contemporain, déjà très bien représenté par d'autres musées new yorkais tels que le MoMA ou le Musée Guggemheim. La question de l’intégration de l’art contemporain dans un musée d'art ancien reste entière...

Le MoMA dans le rouge

Malgré un généreux chèque de 100 millions de dollars du producteur et collectionneur d’art David Geffen, le MoMA peine à sortir la tête de l'eau.

Le musée vient d'annoncer un plan de départs volontaires pour ses employés de plus de 55 ans.

Plus tôt cette année, le MoMA avait annoncé un plan d'expansion de son espace d'exposition, le tout pour un coût de 450 millions de dollars.

Le plan de développement, qui prévoit la destruction du American Folk Art Museum construit par les architectes Tod Williams et Billie Tsien, avait fait couler de l'encre.

Une chose est sûre, les deux institutions culturelles sont victimes de leurs plans d'expansion financièrement très lourds.

Ont-elles la folie des grandeurs ou ces développements sont-ils des conditions sine qua non de leur survie? L'avenir nous le dira...