À Gènes, une exposition ferme pour soupçons de faux Modiglianis

Vingt et une œuvres attribuées à Amedeo Modigliani mais soupçonnées de ne pas être authentiques ont été mises sous séquestre par la police italienne. Suite au scandale, le Palazzo Ducale de Gènes qui consacrait une exposition à l'artiste a dû fermer ses portes trois jours avant la fin officielle.

Testa di ragazza, l'un des tableaux exposés consacrée à Amedeo Modigliani au Palazzo Ducale de Gènes © Maxppp / Luca Zennaro
Testa di ragazza, l'un des tableaux exposés consacrée à Amedeo Modigliani au Palazzo Ducale de Gènes © Maxppp / Luca Zennaro

L'affaire fait grand bruit: deux critiques d’art italien et français mettent en doute l’authenticité d’un tiers des toiles de Modigliani exposées au Palazzo Ducale.

Les autorités italiennes ont été alertées et la justice s'est saisie du dossier en mettant sous séquestre vingt et une œuvres de l'exposition qui a fermé ses portes trois jours avant la fin officielle. Un communiqué du musée relate sobrement: "Le Palazzo Ducale, avec tout son respect pour le public et les visiteurs, a décidé de lui-même de fermer l'exposition, qui ne sera pas accessible au public dès aujourd'hui".

Testa di ragazza, l'un des tableaux exposés consacrée à Amedeo Modigliani au Palazzo Ducale de Gènes © Maxppp / Luca Zennaro
Testa di ragazza, l'un des tableaux exposés consacrée à Amedeo Modigliani au Palazzo Ducale de Gènes © Maxppp / Luca Zennaro

À l'origine de ce scandale, un post Facebook du spécialiste Carlo Pepi qui assurait que plusieurs des œuvres exposées étaient fausses. "C'est insensé: écoutez, plusieurs de ces toiles sont si horribles que je ne les accrocherais pas dans mon salon!"

Même son de cloche du côté du français Marc Restellini: "Cette exposition est douteuse, et j'ai dû signaler cette situation aux autorités italiennes dès que j'en ai vu le contenu. L'institut connaît ces œuvres et parce qu'il s'agit de faux, nous disposons de l'ensemble de la documentation et des éléments scientifiques pour en attester. Il s'agit de contrefaçons notoires pour au moins un tiers des peintures exposées". 

Des oeuvres de Modigliani à la National Gallery of Art à Washington Image: Bill O'Leary/The Washington Post via Getty Images
Des oeuvres de Modigliani à la National Gallery of Art à Washington Image: Bill O'Leary/The Washington Post via Getty Images

Les vingt et une œuvres ont donc été placées sous séquestre et vont être analysées.

Trois personnes sont visées par l’enquête: le curateur de l’exposition, la société internationale qui l’a organisée et le propriétaire de plusieurs de ces faux présumés. Le Palazzo Ducale se présente ici comme la partie lésée dans cette affaire.