Cherchez parmi plus de 100 millions d'objets dans notre base de données de prix réalisés

Secrétaire à abattant d'époque Louis XVI
Vendu

À propos de l'objet

Secrétaire à abattant d'époque Louis XVI\nEstampille par René Dubois\nEn placage de bois laqué vert d'eau, vernis européen à décor de grisailles représentant des putti et des scènes à l'antique, ornementation de bronze ciselé et doré (un ornement probablement manquant sur l'abattant), dessus de marbre brèche d'Alep, la partie supérieure ouvrant par un tiroir orné d'une frise de postes, un abattant découvrant un intérieur plaqué de satiné comprenant trois casiers, quatre tiroirs et un coffre en partie laqués, la partie inférieure ouvrant par trois tiroirs, les montants concaves, estampillé à cinq reprises IDUBOIS et quatre fois JME au dos; restaurations et retouches d'usage\nHauteur: 130 cm. (51 in.) ; Largeur: 84 cm. (33 in.) ; Profondeur: 34,5 cm. (13½ in.)\nRené Dubois, reçu maître en 1755
FR
FR
FR

notes

Ce remarquable secrétaire appartient à un petit groupe de meubles particulièrement précieux, peints en polychromie, oeuvres de l'ébéniste René Dubois qui s'en était fait une spécialité dans les années 1770-1775. On trouve des meubles de ce groupe dans de nombreuses collections publiques (J. Paul Getty Museum, Waddesdon Manor, collection Ephrussi de Rothschild). La plupart présentent des décors de peintures en camaïeu gris de bacchanales d'enfants (inspirés de Louis-Félix Delarue) et de scènes antiques -à l'exemple du présent meuble- tandis que quelques autres sont ornés de paysages polychromes d'après Joseph Vernet.

Ces meubles peints de scènes en vernis français -par opposition à ceux décorés de chinoiseries, autre spécialité de l'atelier des Dubois- sont mentionnés à plusieurs reprises dans l'atelier des Dubois en 1772, lors de la cession du stock par la veuve de Jacques Dubois à son fils René. L'inventaire mentionne une vingtaine de meubles de ce type, avec des estimations élevées. Les descriptions sont plutôt brèves et quelque peu vagues, mais lorsque les fonds sont désignés, il s'agit toujours de peinture verte. Les estimations tournent autour de 300 à 350 livres pièce, sans que l'on sache avec certitude s'il s'agit de secrétaires en pente ou de secrétaires à abattant.

L'inventaire de 1772 mentionne :

Etat des marchandises, outils, ustensiles composant le fond de boutique et commerce de la veuve du sieur Dubois, maître ébéniste à Paris :

- 2 secrétaires vernis garnis de fontes dorées, estimés ensemble 720 l.

- 2 autres secrétaires plus petits, estimés ensemble 480 l.

- 1 secrétaire de 3 pieds richement garni de fonte en couleur, estimé 300 l.

- 2 autres secrétaires peints en vert avec des tableaux dans les panneaux, estimés ensemble 1.200 l.

- 2 autres petits secrétaires peints, estimés ensemble 1.000 l.

- quatre autres secrétaires en pente à gaine peints en vert avec différents tableaux, estimés 1.200 l.

- 2 autres secrétaires en armoire plus communs, aussi peints, estimés ensemble 720 l.

- 2 encoignures peintes avec des paysages sur les portes, estimées ensemble 300 l.

- 4 autres commodes aussi peintes estimées ensemble 800 l.

- 2 commodes de 2 pieds 6 pouces peintes en vert, estimées ensemble 400 l.

En lisant attentivement ce document, on comprend qu'une éventuelle identification dépend du sens donné au mot tableau. Si l'on admet qu'il désigne le décor en camaïeu, on peut suggérer que le présent secrétaire (et son pendant de Ludwigsburg) correspond à la quatrième mention (secrétaires à 600 l. pièce). En revanche, si l'on admet que les tableaux désignent le décor de paysage, alors la quatrième mention désigne les secrétaires ornés de paysages et le présent secrétaire serait désigné dans la mention "2 autres petits secrétaires peints" à 500 livres pièce.

Signalons que le présent secrétaire a un pendant conservé au château de Ludwigsburg, dans le Bade-Wurtemberg (cf. Bettina Franz, "Le prestigieux mobilier du château de Luisbourg", L'Estampille - L'Objet d'Art", février 2001, p. 58-59). Ces secrétaires présentent quelques légères différences (frise de cannelures pour l'un et de postes pour l'autre, chutes ...). Tous deux sont ornés de motifs de bronze doré (Danaé et l'aigle sur l'un, l'aigle seul sur l'autre) provenant du répertoire de Charles Cressent. On trouve le motif de Danaé et l'aigle sur un cartel attribué à Cressent passé en vente en 1999 (illustré dans Alexandre Pradère, Charles Cressent. Sculpteur, ébéniste du Régent, Editions Faton, Dijon, 2003, p. 302 no. 253). Dubois a pu avoir acheté ces ornements lors d'une des ventes de Cressent.

This fascinating secrétaire belongs to a small group of polychrome-painted works created by the celebrated cabinet-maker René Dubois in the 1770's. Several pieces are exhibited in public collections (J. Paul Getty Museum, Waddesdon Manor, Ephrussi de Rothschild Collection). Most of them are decorated with grisailles depicting bacchanals and antique scenes; however, some are decorated with harbour scenes after Joseph Vernet.

These polychrome-decorated pieces are quoted in the inventory drawn in 1772, when the widow of Jacques Dubois sells the content of the workshop to her son René Dubois. The document mentions around twenty pieces, always with strong prices (between 300 and 350 livres). The descriptions are sadly a bit short and imprecise; for example, we don't know whether the secrétaires are fall front secrétaires or secrétaires en pente.

As it is difficult to know if the word "tableau" relates to a polychrome landscape or to a monochrome-painted pannel, it is impossible to know whether this secrétaire is valued 600 or 500 livres in the 1772 Inventory.

This secrétaire closely relates to the one in the Ludwigsburg Palace, in Bade-Wurtemberg (see Bettina Franz, "Le prestigieux mobilier du château de Luisbourg", L'Estampille - L'Objet d'Art, February 2001, p.58-59). Both secrétaires show minor differences in their ormolu mounts (for example, one has a Vitruvian scrolls frieze while the other has a frieze decorated with flutings). The fall front mounts belong to Charles Cressent's oeuvre. The mount depicting Danaé and the eagle does appear on a cartel clock attributed to Cressent sold in 1999 (illustrated in Alexandre Pradère, Charles Cressent. Sculpteur et ébéniste du Régent, Editions Faton, Dijon, 2003, p. 302 no. 253. Dubois could have bought them at one of the Cressent's auctions.

title

Secrétaire à abattant d'époque Louis XVI

creator

Rene Dubois

postlot

A Louis XVI ormolu-mounted green and grey patinated and japanned secretaire, stamped by René Dubois

keywords

Rene Dubois, 18th Century, secretaire, Furniture & Lighting, bookcases/shelves, bureaux/desks, wood, France, Louis XVI

department

Books & Manuscripts

dimensions

Hauteur: 130 cm. (51 in.) ; Largeur: 84 cm. (33 in.) ; Profondeur: 34,5 cm. (13½ in.)

literature

Alexandre Pradère, Les Ebénistes Français de Louis XIV à la Révolution, Les Editions du Chêne, Paris, 1989, p. 303.

Pierre Kjellberg, Le Mobilier Français du XVIIIe Siècle, Les éditions de l'amateur, Paris, 1989, p. 278.

Bibliographie comparative :

Battina Franz, Die französischen Möbel des 18. Jahrhunderts in Schloss Ludwigsburg, K. F. Schimper-Verlag, Schwetzingen, 1998, p.78-85.

Thibaut Wolvesperges, Le Meuble Français en laque au XVIIIe siècle, Les Editions de l'Amateur, Paris, 2000, p. 308.

Bettina Franz, "Le prestigieux mobilier du château de Louisbourg", L'Estampille - L'Objet d'Art, février 2001, p. 59.

provenance

Succession de Madame Henri Farman, vente Tajan, palais Galliera, Paris, le 15 mars 1973, lot 125.


*Merci de noter que le prix n'est pas recalculé à la valeur actuelle, mais se rapporte au prix final réel au moment où l'objet a été vendu.

*Merci de noter que le prix n'est pas recalculé à la valeur actuelle, mais se rapporte au prix final réel au moment où l'objet a été vendu.


Publicité
Publicité