Cherchez parmi plus de 100 millions d'objets dans notre base de données de prix réalisés

La Prose du transsibérien et de la petite jehanne de france. Couleurs simultanées de Mme Delaunay-Terk.Paris, Editions des Hommes Nouveaux, 1913.
Vendu

À propos de l'objet

Cendrars, Blaise--Delaunay, Sonia, La Prose du transsibérien et de la petite jehanne de france.\nCouleurs simultanées de Mme Delaunay-Terk.\nParis, Editions des Hommes Nouveaux, 1913.\nLa dédicace au célèbre réalisateur Abel Gance est probablement la plus prestigieuse et la plus significative que l'on puisse espérer pour ce livre mythique marqué par le cinéma. Véritable icône de la modernité, La Prose du Transsibérien est aujourd'hui considérée comme le livre le plus éblouissant et le plus novateur du XXe siècle. Du fait de son importance majeure dans l'histoire de l'art et de sa force picturale, plusieurs grands musées comme la Tate modern à Londres l'exposent dépliée parmi leurs collections permanentes, comme une œuvre d'art à part entière. Les bibliothèques comme la Bibliothèque nationale de France ou la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, ou encore des musées tels que le Museum of Modern Art de New York, le Musée national d'art moderne, le Centre Georges Pompidou à Paris et le Musée de l'Hermitage en conservent également un ou plusieurs exemplaires. Elle a été reproduite en couverture du livre Trésors de la Bibliothèque nationale de France (Bnf, Paris, 2000), ainsi qu'en couverture du catalogue de l'exposition A Century of Artists books publié par le Museum of Modern Art de New York (New York, The Museum of Modern Art, 1994). édition originale. 4 feuilles (environ 500 x 359 mm), assemblées et pliées en deux dans le sens de la longueur, puis en 22 volets en accordéon. Couverture de parchemin, peinte à l'huile par Sonia Delaunay. Elle porte sur le premier plat quatre minuscules fentes destinées à devenir des passants, et au second plat deux trous d'épingle vraisemblablement destinés à l'inclusion d'attaches. La couverture de parchemin porte les traces de colle témoins de l'emplacement où la marge supérieure de l'oeuvre était collée. Quelques couleurs palies, jauni aux pliures extérieures, bon état général de conservation. illustration : très grande composition au pochoir de Sonia Delaunay tout au long des 445 vers de Blaise Cendrars : le texte, composé de corps de caractères et de couleurs différents, est illustré sur la gauche d'une grande composition abstraite, rehaussé en couleurs dans les fins de lignes. tirage : exemplaire n° 32, l'un des rarissimes sur Japon.
La justification du tirage annonce 150 exemplaires numérotés, dont 8 sur parchemin, 28 sur Japon et 114 sur simili-japon. Le nombre des exemplaires réellement composés et assemblés reste inconnu. Antoine Coron, directeur de la Réserve des Livres Rares de la Bibliothèque nationale de France, a, à ce jour, répertorié 69 exemplaires de la Prose (information qu'il nous a aimablement communiquée), auxquels s'ajoute celui-ci. envois autographes signés : 
\n-  Une signature antérieure aux envois figure sous la justification : Blaise Cendrars, de la main gauche.\n- «  à Madame et Monsieur Gance – ce livre triste sur des langes solaires et qui annonce une œuvre de lumière. Blaise Cendrars » à l'encre brune, de la main gauche en haut à côté de la justification du tirage. Abel Gance aide Blaise Cendrars, dans le dénuement, à subvenir aux besoins de sa compagne Féla et de leurs trois enfants. À leur retour de Londres en 1919, madame Gance les loge dans son appartement de Neuilly. C'est en remerciement de leur aide précieuse que Cendrars offre à Madame et Monsieur Gance cet exemplaire dédicacé. Par ce beau cadeau symbolique d'un livre déjà rare, Cendrars renforce ses liens d'admiration mutuelle avec le cinéaste en qui il place de grands espoirs.\n - Un envoi postérieur : « à Martine et Pierre Berès, après un très bon diner où nous avons dépiauté une Bugatti et mille autres choses en attendant mieux. Blaise. 27 oct. 1954 ». En 1954, ce livre appartient au célèbre libraire Pierre Berès qui demande à son ami Blaise Cendrars de le lui dédicacer. Cette dédicace qui évoque la Bugatti de Pierre Berès est emblématique de l'intérêt de Cendrars pour la vitesse et les machines : voitures, trains, bateaux, avions. Cendrars a possédé lui-même une Alfa Roméo dont la carrosserie a été dessinée par Braque : «  Au volant je vise le cœur de la solitude, assis dans la joie de la contemplation, le pied sur l'accélérateur. Mes pensées volent. Je n'ai aucun regret et plus de désir » (Blaise Cendrars in Miriam Cendrars).
FR
FR
FR

notes

La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars et de Sonia Delaunay est une œuvre phare de l'histoire de la modernité. Simultanément, la Prose se fait poème, tableau, le manifeste d'une modernité libératrice des formes et des idées.

La collaboration de Blaise Cendrars et Sonia Delaunay engendre un objet inédit, ouvrage de deux mètres de haut et de trente-six centimètres de large. Les 150 exemplaires initialement prévus devaient atteindre bout à bout la hauteur de la tour Eiffel, cette tour qui fascinait Cendrars et Robert Delaunay et que Sonia Delaunay représente en rouge au bas de la Prose. C'est au pied de cette tour que Cendrars découvre le train du Transsibérien lors de sa visite à l'Exposition Universelle de 1900.

L'œuvre est créée pour être lue et pour être vue en même temps, l'œil devant percevoir simultanément le rythme des mots et celui des couleurs et des formes.

Plus qu'un livre illustré, la Prose s'impose donc comme un véritable tableau-poème, une œuvre d'art totale. Le texte, les formes, les couleurs se mêlent et se répondent en une parfaite symbiose.

La contribution de Sonia Delaunay est totalement abstraite, exceptée la carte géographique du Transsibérien en tête du poème et la Tour Eiffel accompagnée de la grande roue en pied de la composition. L'interprétation de figures oblongues, courbes et circulaires procure une impression de dynamisme et d'éblouissement. Il s'agit en effet de traduire en couleur le rythme et l'émotion du poème.

La typographie totalement inédite pour l'époque, faite de caractères de tailles, de formes et de couleurs différentes, accompagne cette volonté de créer un langage nouveau.

Sonia Delaunay relate ainsi sa rencontre avec Blaise Cendrars : "Le mercredi, Apollinaire recevait ses amis dans son nouvel appartement. A une de ses soirées, j'ai vu, assis sur son grand divan, un petit jeune homme frêle et blond, Blaise Cendrars [...] Peu après, Cendrars m'apporta La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France et, très emballée par la beauté de ce texte, je lui proposai de créer un livre haut de deux mètres une fois déplié. Je m'inspirai du texte pour une harmonie de couleurs qui se déroulait parallèlement au poème. Les lettres d'impression furent choisies par nous, de différents types et grandeurs, choses qui étaient révolutionnaires pour l'époque. Le fond du texte était coloré pour s'harmoniser avec l'illustration [...] Les contrastes de couleurs, expliqua Guillaume Apollinaire, habituaient l'œil à lire d'un seul regard l'ensemble d'un poème, comme un chef d'orchestre lit d'un seul coup d'oeil les notes superposées dans la partition", parfaite définition de ce que Sonia Delaunay et Blaise Cendrars entendaient  par "peinture simultanée". De cette partition à quatre mains résulte une dimension musicale jamais égalée jusqu'alors en poésie. À la musicalité propre du poème, le chromatisme vibrant de Sonia Delaunay apporte une résonance particulièrement intéressante. Cendrars y est très sensible : à partir de 1918, il dédie d'ailleurs son poème aux musiciens.

La dimension cinématographique de la Prose s'impose comme une évidence. Mouvement, vitesse, lumière, rupture de rythme, flash-back, variété des points de vue, séquençage ... sont autant d'approches nouvelles abordées par le couple Cendrars-Delaunay dans le déroulement d'un poème épique et coloré qui pourrait parfaitement être le story-bord d'un film.

Leurs recherches rejoignent en effet les innovations qui voient le jour parallèlement dans le cinéma. Cinéma, médium nouveau en quête d'une écriture propre à inaugurer une nouvelle conception de l'espace en rupture avec celles du théâtre et de la peinture traditionnelle.

Cendrars, visionnaire, pressent  cette nouvelle ère de l'image. Il écrira : «  Les derniers aboutissements des sciences précises, la guerre mondiale, la conception de la relativité, les convulsions politiques, tout fait prévoir que nous nous acheminons vers une nouvelle synthèse de l'esprit humain, vers une nouvelle humanité et qu'une race d'hommes nouveaux va paraître. Leur langage sera le cinéma. »

Cette référence au cinéma est permanente comme en témoigne l'un de ses chefs d'œuvre, La Fin du monde filmée par l'Ange Notre-Dame, 1919, en collaboration avec un autre passionné de cinéma, Fernand Léger.

Blaise Cendrars va jusqu'à s'engager personnellement dans l'aventure cinématographique alors en pleine effervescence : il travaille avec Abel Gance dès 1918 et publie l'ABC du cinéma en 1926 et Hollywood, la Mecque du Cinéma en 1936.

Abel Gance tourne à Nice le film J'accuse. Il a besoin d'une foule de gueules cassées, parmi lesquelles Blaise Cendrars, qui devient rapidement son assistant, passant du rôle de figurant à celui d'accessoiriste et de  dialoguiste. « En cet automne 1918, Cendrars est tout occupé à faire un mort dans la quatrième partie du film J'accuse d'Abel Gance : [...] il m'aida magnifiquement à animer cette scène, dira Gance. Et Blaise Cendrars : Je faisais tout : l'homme de peine, l'accessoiriste, l'électricien, l'artificier, le costumier, de la figuration et de la régie, l'aide-opérateur, le vice-metteur en scène, le chauffeur du patron, le comptable, le caissier et dans Les Morts qui reviennent, je faisais un macchabée, tout empoissé dans de l'hémoglobine de cheval car on m'avait fait perdre mon bras une deuxième fois pour les besoins de la prise de vue (Miriam Cendrars, p. 416-417).

A cette époque, Gance est considéré comme le premier metteur en scène français. Il devine en Cendrars un écrivain exceptionnel : « Je me rappelle la lecture du manuscrit encore incomplet de Moravagine, vers 1920 : en suite de quoi, j'inscrivais le nom de Cendrars, immédiatement après Novalis et Rimbaud, au nombre de mes « phares » (Miriam Cendrars, p. 428). En novembre 1919, Gance fait à nouveau appel à Cendrars qui l'assiste dès 1920 sur le tournage de La Roue à Nice. L'ami du poète, Fernand Léger, est également de l'aventure. À cette occasion, Cendrars innove encore, il a l'idée de tourner un film sur le film.

Le poème de Cendrars en lui-même s'inscrit également dans l'avant-garde littéraire. Les 445 vers libres insufflent un vent de liberté tant par leur style que par leur propos.

Un an auparavant, en 1912, Cendrars a publié Pâques à New-York, rompant radicalement avec l'esthétisme symboliste ambiant. Cet hymne à l'individu et à la création marque un tournant clef pour la poésie moderne. Guillaume Apollinaire en saluera toute l'originalité.

Avec la Prose, Cendrars franchit une étape supplémentaire en créant une véritable épopée à la portée universelle, un voyage à rebours dans la mémoire du poète qui devient tout à la fois hymne au voyage et métaphore de l'existence.

Cendrars s'inscrit ainsi comme la figure même du poète-voyageur, le « bourlingueur » en quête d'un ailleurs, le voyage devenant une composante essentielle de l'acte poétique.

Cendrars, l'  « Homère du Transsibérien » selon l'écrivain américain John Dos Passos, nous livre une odyssée moderne qui ancre l'itinéraire du Transsibérien dans l'imaginaire collectif comme l'essence même du voyage et de l'aventure.

La Prose, par ses expérimentations formelles incarne idéalement la modernité inventive et constructive des avant-gardes et de leur révolution plastique.

Nous sommes en 1913, la Prose, comme manifeste du simultanéisme, se place au cœur des débats contemporains du cubisme, de l'orphisme, du futurisme, du suprématisme... dans leur quête d'un nouveau langage propre à retranscrire un monde en pleine mutation.

Blaise Cendrars et Sonia Delaunay, le poète et le peintre, dans un désir commun abolissant toute frontière, nous offrent une belle leçon de fraternité artistique. Sans doute n'y eut-il pas de plus bel exemple de collaboration et de transversalité, données essentielles dans l'art aujourd'hui.

Nous remercions M. Guillaume Chaudy et M. Jacques Ranc, historiens de l'art, pour leur contribution dans la rédaction de cette notice.

creator

Cendrars, Blaise--Delaunay, Sonia

dimensions

La dédicace au célèbre réalisateur Abel Gance est probablement la plus prestigieuse et la plus significative que l'on puisse espérer pour ce livre mythique marqué par le cinéma. Véritable icône de la modernité, La Prose du Transsibérien est aujourd'hui considérée comme le livre le plus éblouissant et le plus novateur du XXe siècle. Du fait de son importance majeure dans l'histoire de l'art et de sa force picturale, plusieurs grands musées comme la Tate modern à Londres l'exposent dépliée parmi leurs collections permanentes, comme une œuvre d'art à part entière. Les bibliothèques comme la Bibliothèque nationale de France ou la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, ou encore des musées tels que le Museum of Modern Art de New York, le Musée national d'art moderne, le Centre Georges Pompidou à Paris et le Musée de l'Hermitage en conservent également un ou plusieurs exemplaires. Elle a été reproduite en couverture du livre Trésors de la Bibliothèque nationale de France (Bnf, Paris, 2000), ainsi qu'en couverture du catalogue de l'exposition A Century of Artists books publié par le Museum of Modern Art de New York (New York, The Museum of Modern Art, 1994). édition originale. 4 feuilles (environ 500 x 359 mm), assemblées et pliées en deux dans le sens de la longueur, puis en 22 volets en accordéon. Couverture de parchemin, peinte à l'huile par Sonia Delaunay. Elle porte sur le premier plat quatre minuscules fentes destinées à devenir des passants, et au second plat deux trous d'épingle vraisemblablement destinés à l'inclusion d'attaches. La couverture de parchemin porte les traces de colle témoins de l'emplacement où la marge supérieure de l'oeuvre était collée. Quelques couleurs palies, jauni aux pliures extérieures, bon état général de conservation. illustration : très grande composition au pochoir de Sonia Delaunay tout au long des 445 vers de Blaise Cendrars : le texte, composé de corps de caractères et de couleurs différents, est illustré sur la gauche d'une grande composition abstraite, rehaussé en couleurs dans les fins de lignes. tirage : exemplaire n° 32, l'un des rarissimes sur Japon.
La justification du tirage annonce 150 exemplaires numérotés, dont 8 sur parchemin, 28 sur Japon et 114 sur simili-japon. Le nombre des exemplaires réellement composés et assemblés reste inconnu. Antoine Coron, directeur de la Réserve des Livres Rares de la Bibliothèque nationale de France, a, à ce jour, répertorié 69 exemplaires de la Prose (information qu'il nous a aimablement communiquée), auxquels s'ajoute celui-ci. envois autographes signés : 


literature

En français dans le texte, n° 344. -- François Chapon, Le Peintre et le livre, p. 134 et s. -- Miriam Cendrars, Blaise Cendrars, Denoël 2006. -- Sonia Delaunay, Nous irons jusqu'au soleil, Robert Laffont, 1978, p. 53-55.


*Merci de noter que le prix n'est pas recalculé à la valeur actuelle, mais se rapporte au prix final réel au moment où l'objet a été vendu.

*Merci de noter que le prix n'est pas recalculé à la valeur actuelle, mais se rapporte au prix final réel au moment où l'objet a été vendu.


Objets vendus

Dante (Alighieri),
Vendu

Dante (Alighieri),

Prix réalisé
6,000,000 EUR

Buffon, (Georges Louis Marie) Leclerc de.
Vendu
Wassily Kandinsky, Kreis u. Fleck
Vendu

Wassily Kandinsky, Kreis u. Fleck

Prix réalisé
3,250,000 EUR

Freitag, A.
Vendu

Freitag, A.

Prix réalisé
2,000,000 EUR

(Faed, John.) Legend of St
Vendu

(Faed, John.) Legend of St

Prix réalisé
2,523,975 EUR

Frantisek Kupka, Envolé
Vendu

Frantisek Kupka, Envolé

Prix réalisé
2,100,000 EUR

Bedford, F.
Vendu

Bedford, F.

Prix réalisé
1,700,000 EUR

Maeterlinck, M.
Vendu

Maeterlinck, M.

Prix réalisé
1,600,000 EUR

Marino Marini, Gentiluomo a cavallo
Vendu

Marino Marini, Gentiluomo a cavallo

Prix réalisé
1,344,000 EUR

Daudet, A.
Vendu

Daudet, A.

Prix réalisé
1,200,000 EUR

La Mer à Bordighera
Vendu

La Mer à Bordighera

Prix réalisé
1,072,845 EUR